L'histoire de Punta Ala

Nous entrons dans l'histoire de Punta Troia-appelée maintenant Punta Ala. 

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, la république déchue de Sienne  dont l'île de Troia fait partie avec ses roches voisines, communément appelé «Cochons», se rend aux "Medecini" qui trouveront opportuns de faire construire une tour devant l'ile de Troia, tour maintenant connue maintenant sous le nom de  Torre Balbo afin de préserver le territoire contre les incursions des Sarrasins.

Au fil des siècles, cette bande de terre a  souvent changé de propriétaires, mais peu à peu, elle sera bonifiée afin de pouvoir la cultiver et, lentement, la population augmentera. Le paludisme sera définitevement vaincu, l'agriculture sera rentable grâce à la fertilité des terres et la vie en Maremme deviendra aussi possible grâce au  paysage agréable, à la douceur de son climat et à la limpidité de sa mer.

Tramonto su Punta Ala

Dans les premières années de 1900, la ferme du comte Ludovico Rosselmini qui s'étend de Scarlino à Pian d'Alma, Gualdo, Poggio Tre Pini, jusqu'à la pointe, y compris le château, assurait de bonnes moissons et de bonnes  récoltes de produits variés, à chaque saison de l'année. Les remises en état des marécages, les bois qui donnent du liège, bois, charbon et les fermes d'élevages de chevaux et de vaches, tout ceci ont contribué à la prospérité de Punta Ala. 

Selon la volonté et aux décés des époux  Rosselmini, l'Institut de la charité Cottolengo est devenu propriétaire de tous leurs biens, y compris les Gualdo et Punta Troia. 

Dans le milieu des années 1920, les événements de ces terres sont liés à ceux d'un personnage connu: Italo Balbo, qui effectuait à Orbetello des départs et des arrivées d'hydravions  jusqu'en 1931. Italo Balbo a effectué le premier vol réussi de l'Atlantique: une mission qui était alors les limites de l'impossible. 

Balbo volait souvent au dessus de la côte Tyrrhénienne, et, de plus en plus fasciné par le promontoire de Punta Ala, a décidé de l'acheter. 

Le promontoire méritait un nom diffèrent de "Punta Troia"( ile de la truie), Balbo l'appela donc Punta Ala en raison du fait que la bande de terre qu'il voyait de l'avion, semblait comme l'aile d'une mouette. 
L'îlot, en face fut appelé ile de la Truie, les rochers à côté: les petits cochons. La légende veut que le nom est dû au fait qu'une truie s'échappant des chasseurs, se jeta dans la mer avec ses petits. 

A la fin de la guerre, la totalité de la propriété de Balbo, considéré comme collaborateur de l'ancien régime, fut saisi par l'état. Après de nombreux problèmes juridiques, les héritiers de Italo Balbo avaient réussi à récupérer leur propriété mais. Après de longues réflexions et un peu d'amertume, prirent la décision de tout vendre. Le 8 août 1959 les héritiers "Balbo" cédent à Constantine Lentati pour 390 millions de lires, les terrains situés dans le promontoire de Punta Ala. 

La société du groupe Pesenti commencèrent à construire l'actuel complexe touristique mais, il leur faut attribuer le mérite de ne pas avoir touché à l'aspect originale de la région qui conserve encore aujourd'hui, pratiquement intacte son ancien charme. 

Punta Ala est devenu un des lieux touristiques d'après-guerre le plus apprécié grâce à ses immenses pinèdes, ses pelouses et parterres de fleurs, ses jardins toujours bien entretenus et bien sur grâce à son le port (900 places) qui offre la possibilité de louer des bateaux, vedettes, yachts, avec ou sans un marin.

Remarquable le parcours de golf, le plus important end'Europe, un lieu de compétitions internationales importantes.